L’église Saint-Maximin (paroisse d’Usselskirch)

Une église moderne : oeuvre de Pingusson

A la sortie de Boust, une petite ville mosellane située à proximité du Luxembourg, une église moderne – dont la construction s’est étirée entre 1960 (année de la pause de la première pierre) et 1966 (année de la consécration) – domine un espace surélevé et arboré qui fait face à un paysage ouvert dans lequel se détachent les cheminées de la centrale nucléaire de Cattenom, en activité depuis 1979 et située à quelques kilomètres.

Conçue par l’architecte Georges-Henri Pingusson, cette église remplace celle de la paroisse d’Usselskirch qui avait été détruite en 1940 lors de bombardements et dont ne reste que la tour romane (XIe siècle) de l’édifice initial (https://usselskirch.pagesperso-orange.fr/tour/actuel.html). Un article du Républicain Lorrain (édition de Thionville), daté du 15 aout 2019 et intitulé “La mystérieuse tour de l’Usselskirch à Boust”, en raconte en photos les mystères non résolus et donne évidemment envie d’en savoir plus !

Pour visiter l’église Saint-Maximin en semaine, il faut se rendre à la Mairie pour demander une visite guidée (assurée avec beaucoup de savoir-faire par un membre de l’association Culture et Patrimoine Usselkirch).

Un savant dialogue entre intérieur et extérieur

Inscrite à l’inventaire des Monuments historiques en 1994 puis classée en 2014, l’église Saint-Maximin est l’un des quatre édifices religieux de Moselle (Borny, Corny, Fleury, Usselskirch) que l’on doit à Georges-Henri Pingusson (1894-1978), une personnalité qui, après la Seconde Guerre mondiale, précisément à partir de 1947, occupa le poste d’architecte en chef de la reconstruction en Moselle. A ce sujet, les projets sur lesquels Georges-Henri Pingusson a travaillé dans le cadre de sa mission sont présentés sur le site radiomelodie.

Georges-Henri Pingusson
Cité de l'architecture & du patrimoine - Portraits d'architectes

En ce qui concerne l’engagement de Georges-Henri Pingusson dans le domaine de l’architecture religieuse, on remarque la position singulière qu’il occupe dans le champ. En effet, le rapport entre architecture religieuse et mouvement moderne n’est pas des plus évidents, l’un comme l’autre n’empruntant pas spontanément, en France tout au moins, le chemin conduisant à un rapprochement. Pour Simon Texier (2016), auteur d’un ouvrage sur l’architecte, ce dernier apparaîtrait dans ce contexte comme une figure originale. Effectivement, « contrairement à plusieurs de ses confrères […] [Georges-Henri Pingusson] ne doute pas de la pertinence de construire de nouveaux lieux de culte » (Texier, 2006 : p. 158).

Pour autant, cette perspective ne s’est concrétisée que tardivement dans la carrière de Georges-Henri Pingusson quand bien même ce dernier s’est-il employé à en définir les principes dès les années trente. Ceci à travers trois projets dont aucun n’a vu le jour mais qui, pour l’un d’entre eux, a anticipé sur ce qui s’est concrétisé avec l’Église Saint Maximin. Le projet en question est l’église Jésus-Ouvrier, un édifice rond avec un autel au centre qui fut proposé à la commune d’Arcueil (Val-de-Marne) en 1938 et que Georges-Henri Pingusson a justifié ainsi : « Chacun, quels que soient son passé, son origine, son niveau social, sa race, doit se sentir en contact avec Dieu. Pas de séparation entre êtres et Dieu, pas de séparation entre les êtres polarisés sur un même idéal. À ces demandes, la forme qui répond le plus justement sera une forme centrée, ramassée sur elle-même, semblable elle-même sous tous ses aspects ; le plan sera carré ou circulaire » (Dumons, Petit, Sorrel, 2016 : 141).

L’église Saint-Maximin est donc notamment composée d’un fin campanile de 18 mètres qui abrite trois cloches, d’une nef circulaire et d’un long mur de moellons qui, tout en délimitant l’accès à la nef, protège aussi le parvis du monde extérieur.

Car, contrairement à la plupart des églises, l’entrée de l’église ne se livre pas d’emblée. Pour y accéder, les visiteurs doivent en effet emprunter un raidillon, longer le presbytère avant de le contourner et rejoindre le parvis que délimite ce mur.

Sur celui-ci, une sculpture – que l’on doit à Jean Lambert-Rucki (1888-1967), un sculpteur très apprécié de Georges-Henri Pingusson – présente le Christ qui bénit les visiteurs. Une posture que le site Itinéraires d’architecture contextualise en ces termes : « Ce mur marque […] le seuil entre les mondes matériel et spirituel d’une façon radicale : s’il est un fin trait d’union reliant les volumes de l’église à son approche, il frappe par sa monumentale présence dépouillée et conduit avec force vers l’intérieur de l’édifice, une fois arrivé devant le parvis. Adossée au mur, la statue du Christ bénissant les foules de Jean Lambert-Rucki accueille le visiteur avec humilité ».

Sur ce même mur, un verset de Saint Jean est gravé : « Le Christ est venu pour rassembler dans l’unité les Fils de Dieu dispersés ». Il conforte l’accueil dont le lieu se fait l’emblème, faisant parallèlement écho à la forme circulaire de l’église dont est attendu qu’elle rassemble le plus largement possible.

Enfin, la porte de l’église ‒ un cuivre initialement doré, peint de rouge aujourd’hui ‒ comporte quatre anges stylisés qui sont la création de l’artiste-peintre d’origine polonaise Jean Olin (1894-1972).

Toujours sur le site Itinéraires d’architecture, il est question de l’entrée dans l’église : « Accompagnée d’un travail sur l’éclairage naturel indirect caractérisant chaque lieu traversé, l’entrée dans le monde spirituel se fait graduellement, du parvis au narthex introduisant l’accès à la nef, elle-même précédée du déambulatoire ». En effet, depuis le narthex, on accède au baptistère, un espace dans lequel on peut admirer un vitrail conçu par Henri-Martin Granel (1914-2008), un maître verrier qui a notamment réalisé les vitraux de la vie de Jésus dans l’église de Royan.

.

Le vitrail vu depuis l'extérieur
Le vitrail vu de l'intérieur

Dans cet ensemble, matières (fer, verre, bois, béton, pierres), formes et couleurs sont harmonieusement associées, sobrement aussi car sans excès ni visée ostentatoire. Ainsi est-ce dans la sérénité de ces associations artistiques que se préparent l’entrée dans la nef et l’émotion esthétique qu’elle suscite.

La beauté au service du « rassemblement dans l’unité »

Tout à fait originale, la nef de cette église ronde est de toute beauté. L’organisation de l’espace converge vers l’autel et honore le projet de l’architecte qui souhaitait construire un lieu à même de rassembler tous ceux qui y seraient réunis. Au centre de cet espace, on voit l’autel qui est disposé à un mètre de hauteur et qui est entouré des bancs réservés aux fidèles (400 peuvent être accueillis). Dans ce lieu aussi, la collaboration de l’architecte avec le sculpteur Jean Lambert-Rucki joue un rôle important car, non seulement, ce dernier est le créateur du crucifix en bronze qui surmonte l’autel mais il a également peint les fresques qui ornent sa base (voir : https://usselskirch.pagesperso-orange.fr/stmax/StMax.html) et qui présentent différents passages de l’Évangile.

 

 

Tout à fait admirable, la coupole en béton armé (24 mètres de diamètre) qui couvre l’église et qui est habillée d’un revêtement nervuré faisant penser à un coquillage nacré.

.

 
 
 

Quant à la pièce maîtresse de cet ensemble, un magnifique vitrail incurvé ‒ d’un bleu profond et aux motifs abstraits ‒, elle fait le tour de cet espace consacré au recueillement. Ainsi la lumière provenant des ouvertures et que masque le vitrail est-elle joliment filtrée par la couleur apaisante de celui-ci. C’est au peintre Silvano Bozzolini que l’on doit cette très belle œuvre. Celle-ci est composée d’une succession de dalles imposantes (2m20/2m80 chacune) qui représentent la vie du Christ. Deux dalles colorées font partie de cet ensemble, chacune occupant un point stratégique de l’espace : au-dessus de l’entrée et face à elle. L’une représente la nativité, l’autre la résurrection. Pour plus de détails, voir https://usselskirch.pagesperso-orange.fr/stmax/vitrail.html.

La nativité
La résurrection

Enfin, lors de la visite de l’église, plusieurs dessins figurant sur une partie du mur de la nef ont été présentés. Ils ont été tracés à proximité d’un confessionnal très original à deux places et qui mérite qu’on s’y attarde, ne serait-ce que pour s’étonner des portes coulissantes dont il est doté… En fait, ces dessins plutôt curieux – que l’on ne trouve d’ailleurs que sur ce mur – ont pour fonction de masquer des graffitis indésirables dont on ne connaît pas le ou les auteur(s). Risquons une hypothèse : se pourrait-il que leurs auteurs, assis sur le banc intégré à la paroi, aient eu à attendre l’heure de la confession, et que, dans ce moment de relative solitude, ils aient trompé leur ennui en s’épanchant sur le mur à disposition ?  Quoi qu’il en soit, pour que ces dessins ne paraissent pas inappropriés dans ce lieu de culte, il a été demandé à l’artiste de fonder son inspiration sur le Nouveau Testament. Une façon très originale de détourner un acte pour le moins inadéquat !

La crypte

On accède à la crypte depuis la nef en empruntant l’un ou l’autre des deux escaliers qui y conduisent. Consacrée à Saint-Antoine, celle-ci peut accueillir 200 personnes. D’une certaine façon, elle est une version plus modeste de la nef.

 

Là encore, le cercle est l’élément structurant d’un espace qui rassemble et unit. La coupole en est un élément, l’arrondi des murs sur lesquels Roger Richard a gravé les stations du chemin de croix aussi…

La mise au tombeau et une cavité laissant apercevoir le rocher du Mollberg qui renvoie à l'Evangile de Saint-Matthieu "Tu es Pierre et sur cette pierre, je bâtirai mon Eglise"

Et dans cet espace comme dans tous ceux qui composent l’église, les matériaux sont généreux. Qu’il s’agisse de la pierre, du bois, du béton, des vitraux, les couleurs et matières sont associées avec la plus grande harmonie… Pour le bonheur de tous ceux qui viennent en ce lieu, quelle qu’en soit la raison…

Références

Ouvrages et articles

Dumons B., Petit V., Sorrel C., 2016, Liturgie et société : gouverner et réformer l’Église, XIXe et XXe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes ; Pingusson G.-H., 1938, “Construire une église”, L’Art sacré, nov., 35, p. 315-318 ; Texier S., 2006, Georges-Henri Pingusson. Architecte, 1894-1978, Paris, Verdier ; Texier S., 2006, “Georges Pingusson. Quatre églises en Lorraine”, Le Moniteur architecture, 1, 54, oct., p. 147-140.

Sites internet

https://www.citedelarchitecture.fr/fr/exposition/georges-henri-pingusson-1894-1978-une-voix-singuliere-du-mouvement-moderne ; https://usselskirch.pagesperso-orange.fr/stmax/StMax.html ; https://www.itinerairesdarchitecture.fr/itineraires-decouverte-detail.php?id=11 ; https://archiwebture.citedelarchitecture.fr/fonds/FRAPN02_PINGU ; https://gtc.hypotheses.org/1070 ; https://www.radiomelodie.com/podcasts/5987-notre-patrimoine-georges-henri-pingusson.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.