J’aime

Amour toujours

Sans surprise, l’association amoureuse de noms et prénoms (ou initiales) est abondamment présente sous le pont ; et cela quelles que soient les périodes. Comme on le rencontre souvent dans des lieux publics (sur des bancs, des arbres, du mobilier, des murs…), des hommes et/ou des femmes sont venus graver leur amour, mais aussi leur amitié ou leur attirance… Ainsi dans une inscription non datée, peut-on lire cette phrase quelque peu grivoise et qui ne ressemble à aucune autre inscription figurant sous le pont : « Louise veux-tu me faire voir ton con. Marc ». Comme pour mieux faire accepter la dimension sexuelle de l’interpellation, un cœur remplace la lettre « c ».

Car sous ce pont comme ailleurs, le cœur est un symbole récurrent des déclarations amoureuses. Transpercé ou non d’une flèche elle-même stylisée ou pas, gravé ou griffé, minuscule ou imposant, qu’il illustre les messages ou les enveloppe, il est de toutes les époques et ne se démode pas.

Leo je t'aime...

Toutefois, dans cet ensemble, un prénom, Léo, accompagné ou non du nom Amiot revient plusieurs fois. Le prénom ou le prénom et le nom sont gravés à l’envie, parfois entourés d’un cœur, parfois encadrés, ou soulignés, parfois seuls. Hormis pour les graffitis les plus récents, cette répétition est inhabituelle sous ce pont. De plus, contrairement aux autres messages amoureux, aucun prénom féminin n’est ajouté à la gravure. Léo semble avoir été convoité… Et si du fait de l’usure et de la graphie, on peut penser que ces gravures sont anciennes, on ne peut évidemment en connaître ni l’auteur ni le destinataire. Tout au plus peut-on imaginer que Léo habitait aux environs du pont suspendu et que lui et ses proches le fréquentaient.

Si le pont a pu être un lieu de passage pour des usagers, il était aussi un lieu habituel de promenades. Ce dont témoigne probablement le cas de Léo. Ce dont témoignent aussi les cas de tous ces autres amoureux ou amis qui sont venus graver leurs noms en les illustrant d’un cœur. Car la particularité de ce motif est de traverser les siècles d’existence de ce pont ou de tout autre lieu où l’on peut s’isoler pour dire ou partager des sentiments.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.