Église fortifiée Saint-Étienne d’Arnaville

Un édifice d'une grande sobriété

À l’instar de la plupart des églises fortifiées, la façade de l’Église Saint-Étienne d’Arnaville (XVIIe siècle) ne comporte ni ornement, ni sculpture, et sa tour arbore une forme carrée. De l’aître d’origine, ne subsistent que deux maisons médiévales qui font face à l’église et qui sont sobrement restaurées. Rien de spectaculaire dans cette disposition si ce n’est que le lieu, même amputé de son aile droite, témoigne des dispositions prises par les populations pour se protéger. L’espace réduit qui sépare les maisons de l’édifice religieux permettait d’en fermer l’accès. Quant aux sous-sols des maisons, leur cellier était un lieu de stockage en cas de danger.

Car des guerres, ce village mais aussi toute la région, en ont connu pendant des siècles, la guerre de Trente ans (1618-1648) étant un de ces épisodes particulièrement meurtriers. Témoins de cette violence, les squelettes gisant dans des tombeaux de pierre mais aussi ce fusil espagnol retrouvé au milieu du XIXe siècle sur les hauteurs de la ville qui sont une trace de la présence de troupes espagnoles. En effet, sous le commandement du maréchal de Force (1568-1652), ces dernières saccagèrent la ville en 1635 dont le château féodal qu’elles détruisirent.

Un village malmené

D’autres conflits, telles la guerre de 1870 et les deux guerres mondiales, ont eux aussi marqué Arnaville. D’autant que ce village, situé dans une zone frontalière pendant les périodes d’occupation par les troupes prussiennes puis allemandes, a vu sa position fluctuer, depuis un bord ou un autre de la frontière.

Sur le site de l’office de tourisme de Meurthe-et-Moselle, on peut lire un résumé de l’histoire d’Arnaville [ Accès : http://www.tourisme-meurtheetmoselle.fr/fr/fugue,arts-et-patrimoine-cat-autres-sites-et-monuments/aitre-fortifie-du-village-d-arnaville,8370017]. Propriété de l’abbaye de Gorze, le site était recouvert de vignes avant même qu’une chapelle n’y soit installée vers la fin de l’An Mil. Des populations furent installées dans ce lieu qui, plus tard, devint un aître fortifié. Dans les siècles suivants, trois autres abbayes acquirent des biens à Arnaville : Saint-Pierre-aux-Nonnains, Saint-Vanne de Verdun et Sainte-Marie-aux-Bois. Quant à l’aître lui-même, si son aile gauche protégeait la façade du clocher fortifié, son aile droite s’agrandissait en une extrémité qui s’enfonçait dans le village.

 


Finalement

 

C’est en visitant les aîtres les uns après les autres que le visiteur peut se représenter la particularité de ces lieux de vie et comprendre les dispositions adoptées par les populations pour se protéger. En effet, ce qui a disparu dans un village a pu être préservé dans un autre, donnant ainsi à voir un passé architectural particulier.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.