Des écritures sur l’Île du Saulcy à Metz

Du XVIIIe siècle à nos jours : une Île à plusieurs

visages

Au XVIIIe siècle, l’Île du Saulcy – plus justement Île du Grand Saulcy – a connu des travaux de fortifications qui en ont modifié un aspect jusque-là rural. Devenue propriété militaire, elle fut réaménagée en 1850 (sous Napoléon III). Les traces de ces aménagements sont toujours visibles. Murs d’enceinte, douves et poudrière (sur la gauche à l’entrée de l’Île) sont les traces toujours visibles de ces aménagements et donnent au lieu un cachet particulier.

Dans les années 60, des travaux furent engagés sur l’Île pour la transformer en un campus universitaire qui vit officiellement le jour le 17 décembre 1970. Un article du Républicain Lorrain en retrace le parcours, photos à l’appui. On y lit – et voit – l’arrivée progressive de filières d’enseignements mais aussi d’espaces de vie (logements, activités sportives…).

Depuis plusieurs années, l’Île est au centre d’une réflexion d’envergure. Pour entrer et sortir du Saulcy en effet, piétons, véhicules à deux roues, voitures et tram empruntent un pont qui, à certaines heures de la journée, devient un goulot d’étranglement.

Un campus en pleine nature

Une difficulté qui nuit à la beauté et à l’originalité du lieu au sujet duquel un journaliste de La SemaineGaël Formentin (le 16 avril 2019), écrit : “Nouvelle géographie universitaire, circulation déviée et apaisée, accès réglementés, grand corridor vert, déplacement doux… En marge de la réhabilitation de plusieurs bâtiments emblématiques de l’Île du Saulcy et de sa restructuration en cours, l’Université de Lorraine envidage de remodeler de fond en comble le campus messin. Un site exceptionnel mais asphyxié par les voitures depuis des années”.

Des arbres bi-centenaires

Près de l’Auberge du mini-golfe, à proximité du Lac, on peut admirer des platanes d’une trentaine de mètres de hauteur dont l’un aurait été planté en 1816 (environ). Deux de ces platanes figurent dans la brochure Guide pratique des 90 arbres remarquables de la Ville de Metz.

Intéressantes aussi sont les gravures sur l’un des troncs dont le tracé a évolué au fur et à mesure de la croissance de l’arbre.

Une île aux écritures mêlées

Sous une arche du pont, à l’entrée de l’Île, une paroi porte l’esquisse d’une caricature qui se répète, la modernité faisant bon ménage avec l’ancienneté de la surface. A proximité, c’est un dessin tracé à la peinture aérosol que l’on découvre.

Les mains rouges qui sont peintes sur les murs de nombreuses villes (dont Nancy) sont ici posées d’un bout à l’autre du campus sur un mur ancien, sur la façade du restaurant universitaire, sur un bloc de pierre…

Des pochoirs aux slogans divers figurent aussi en divers endroits : ici et là un rappel du combat mené sur le site de Bure contre l’enfouissement des déchets nucléaires, ailleurs une référence à la Journée internationale des femmes (8 mars), ou la reprise d’un slogan de mai 68.

Partout, les inscriptions ou gravures jouent et se jouent des supports...

Que ce soit sous les voutes d’un pont, sur du mobilier urbain ou… sur un arbre…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.