Port-des-Barques


Une ville ostréïcole

 

 

Port-des-Barques est une petite ville ostréicole située à l’embouchure de la Charente. C’est d’ailleurs depuis le port de cette ville que les bateaux construits à Rochefort étaient acheminés avant de prendre le large. ¨Par exemple, c’est dans ce site que, le 10 mars 1780, le marquis de La Fayette a embarqué à bord de la frégate Hermione pour se rendre en Amérique. Sur le port, un buste de La Fayette et une stèle lui rendent hommage.

A quelques encablures de là, se trouve l’une des deux plus petites îles de la côte charentaise. Baignée par le golfe de Gascogne, l’Île Madame est un site naturel classé auquel on accède quand la marée le permet. Des informations sur les marées figurent à l’entrée de la Passe aux Boeufs – qui se couvre et se découvre selon les heures – pour éviter que les promeneurs ne restent bloqués sur une île de 800 mètres de long et de 400 mètres de large où l’on peut se rendre en voiture, en vélo, à pied ou en calèche.

Selon la partie de l’Île où l’on se trouve, on peut voir les communes de Port-des-Barques ou de Fouras-les-Bains, mais aussi les îles d’Aix, de Ré ou d’Oléron ainsi que les Forts Enet et Boyard.

Une île modeste traversée par des événements marquants

L’Île Madame garde les traces d’événements marquants de l’Histoire. Déjà, du fait de sa position stratégique dans l’estuaire, comme c’est le cas de l’Île d’Aix et pour protéger l’Arsenal de Rochefort, sa fortification a commencé en 1685 avant que ne suivent celles du fort et des casemates que l’on  visite à différents moments de l’année. Sans surprise, on remarque des graffitis sur certains murs de celles-ci…

Ensuite, depuis la fin du XVIIIe siècle, ont été enterrés sur l’Île les corps de 254 prêtres réfractaires qui, à la fin du XVIIIe siècle, avaient refusé de prêter serment à la Constitution. Une immense croix de galets blancs déposés dans un champ à l’entrée de l’Île rappelle leur calvaire.

Enfin, entre 1871 et 1872, des détenus de la Commune de Paris furent enfermés dans le fort avant leur départ pour le bagne. Ce sont d’ailleurs ces prisonniers qui creusèrent le puits – dit des insurgés ou des fédérés – que l’on peut voir en contrebas du fort.

Sur l’Île Madame, on peut aussi pratiquer la pêche à pied. Par exemple, pour chercher des bigorneaux sur les rochers, des palourdes, des chapeaux chinois (patelles pour l’appellation sérieuse ou jambes en charentais) ou des huitres. Ou encore pour goûter des galettes charentaises ou des coquillages, assis à l’une des tables de la ferme aquacole, située au milieu de cette Île calme et apaisante. Car hormis cette ferme et les marais salants environnants, l’Île Madame abrite un camping qui se mêle au paysage et ne trouble en rien sa sauvage quiétude.

Une côte bordée de carrelets

A l’extrémité sud de la presqu’île de Port-des-Barques, à proximité de la Plage des Anses, la falaise qui borde l’Avenue fait face à une étendue dont l’aspect est changeant, les couleurs se transformant au gré des marées. Sombre à marée basse, le site se pare de couleurs argentées puis bleutées quand l’eau recouvre la vase, au fur et à mesure de la marée montante.

Comme sur l’Île Madame, une suite de carrelets colorés surplombe la mer. Ces cabanons montés sur pilotis sont la propriété de pêcheurs qui, à marée haute, font descendre un carrelet (un filet de quelques mètres carrés) dans la mer pour y pêcher des crevettes blanches, des mulets, des crabes ou des méduses, ces dernières étant susceptibles de servir d’appât. Ils y perpétuent une pêche traditionnelle qui, depuis une centaine d’années, a connu des changements en lien avec l’évolution des loisirs. Le Musée du patrimoine du pays royannais (http://www.pays-royannais-patrimoine.com/themes/peche/les-carrelets-sur-ponton) en raconte l’histoire : cette pêche du pauvre, plus spécialement pratiquée par des femmes, devenue pêche du notable au début du XXe siècle, a commencé à se démocratiser dans les années 1950. Depuis lors, on y vient par plaisir ou par passion, en famille ou entre amis.

 

Patrimoine régional

Aujourd’hui, ces carrelets font partie du patrimoine des côtes charentaises, vendéennes et girondines. Et si leur construction est réglementée, ces constructions font aussi l’objet de toutes les attentions tant leur allure est originale et singulière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.